Vidéo teaser Avent dans la ville 2019

Qui sommes-nous ?

Frère Bernard Senelle

Vivez la semaine sainte avec le frère Bernard Senelle !

Dans vos méditations, vous donnez une portée universelle à notre compréhension souvent étroite de l’Evangile. D’où vous vient cette inspiration ?

De la conviction que nous sommes solidaires de toute l’humanité et que la plus petite action, la plus petite prière a des répercussions qui nous dépassent infiniment. Tout compte aux yeux de Dieu et rien n’est inutile dans son plan de salut.

Vous êtes aumônier du Parlement européen à Strasbourg. Comment vivez-vous cette mission ?  

Comme une chance qui m’est donnée d’approcher et de me mettre au service de personnes et d’une institution très importante pour la paix et la réconciliation des peuples. Je suis toujours ému quand j’entre au Parlement : célébrer une messe en ce lieu, proposer un temps de réflexion aux députés est une grande grâce. Je remercie l’Ordre et l’Église qui m’a confié ce ministère.

Pouvez-vous nous partager une expérience où vous croyez que votre foi vous a sauvé ?

J’ai été très affecté, il y a maintenant plus de vingt ans par la mort des mes deux parents à deux mois d’intervalle. Je crois que ma foi m’a sauvé…. Ma foi, mes frères et mes amis !

Moniales dominicaines, saint Denis de la Réunion

Vous êtes la prieure d’un monastère de moniales dominicaines à Saint-Denis-de-la-Réunion, qu’est-ce qui vous a donné le désir d’être moniale ?

Devenir moniale a été une réponse à un appel plus qu’un désir. Pourquoi moniale ? Pour moi, c’est me conformer au projet d’amour de Jésus sur moi, c’est me donner à lui sans retour ; c’est une ouverture sur le monde, une ouverture au besoin d’aimer davantage et surtout de faire aimer, enfant je disais : « faire connaître Jésus à ceux qui ne le connaissent pas encore ». Je pense que ma vie de moniale est une réponse à ce désir d’enfant, faire connaître Jésus et le faire aimer.

Comment vivez-vous le carême dans la communauté, qu’est-ce que cela change dans votre rythme ?

Les changements ne sont pas très visibles, c’est surtout une plus grande intensité de notre vie monastique, plus de temps consacré à la Parole, nos offices plus intenses, plus priants, la méditation du chemin de croix. Comme nous sommes corps et âme, nous jeûnons pour faire l’expérience du manque qui nous aide à découvrir le besoin de Dieu, celui qui nous donne la vie, qui nous donne tout ce qui nous est nécessaire pour être. Cette année, nous avons mis l’accent sur l’écologie au concret.

Pouvez-vous nous partager une expérience où vous croyez que votre foi vous a sauvée ?

Je traversais une période difficile, je ne voyais pas comment m’en sortir, il me semblait que plus j’avançais, plus je m’enfonçais dans le noir. Un jour à bout de courage, je me suis tournée vers le Seigneur et j’ai crié : « Seigneur je n’en peux plus, fais quelque chose, toi seul peux me tirer de là. » Confiante, j’ai continué d’avancer et très vite tout s’est débloqué, la lumière s’est faite, fulgurante. Je pense que c’est cette confiance que je lui ai faite qui m’a sauvée.