Matthieu pas à pas

Vidéo Matthieu pas à pas

Carême dans la Ville

Je te reçois et me donne à toi

S’engager avec un autre pour toute sa vie, sans savoir ce qui arrivera, sans savoir ce qu’il deviendra dans 20 ou 30 ans ? Voie sans issue ou au contraire chemin de vie où un amour humain et divin se construit jour après jour ?

Anne-Charlotte et Guillaume nous partagent leur expérience.

 

 

De la rue à l’autel

Aujourd’hui encore, le Seigneur appelle des hommes à devenir les pasteurs de son peuple. Une folie ? Oui. Un signe pour le monde ? Également. Mais aussi une aventure vertigineuse, féconde, pour ceux qui consacrent leur vie à l’Evangile.

Le Père René-Luc témoigne.

 

Frère Sylvain Detoc

detoc700koPendant cette semaine sainte, le frère Sylvain Detoc nous accompagne. Chaque jour, il décline la vocation des enfants de Dieu relevés ou qui se relèvent par la grâce.

Frère Sylvain, plutôt que « d’être relevé » tu parles de « processus de relèvement ». N’y a-t-il pas des moments où nous pouvons être pleinement relevé ?

Il y a en effet des personnes qui ont fait un jour l’expérience d’être relevées par le Christ. Cet événement est un repère pour elles, il garde un goût de plénitude. Mais il faut être réaliste. Ce relèvement n’est pas un point final. C’est un point de départ. Notre vie chrétienne consiste à aller de « relèvement en relèvement », pas à faire du surplace. Sinon, gare aux désillusions…

Avec un autre frère, vous venez de relancer une aumônerie dans une école à Lyon, comment se sont déroulés les débuts ?

Nous avons été comme précédés. Nous pensions repartir de zéro, car l’aumônerie avait cessé de fonctionner depuis quelques années. Mais il y avait des pierres d’attente chez ces jeunes. Quelques-uns avaient participé aux JMJ avec des frères dominicains l’été d’avant. Le contact en a été plus facile. Ils ont formé un noyau amical et ont entraîné d’autres jeunes. Nous n’avons fait qu’aider le mouvement !

Peux-tu nous partager un moment dans ta vie où tu as fait l’expérience d’être relevé ?

C’était il y a presque dix ans, quand j’ai reçu l’habit dominicain. Le supérieur m’a posé cette question : « Que demandez-vous ? » ; j’ai répondu, comme chaque frère : « La miséricorde de Dieu et la vôtre ». Je suis rentré dans l’Ordre de saint Dominique parce qu’il m’a été donné de rencontrer des frères en qui j’ai pressenti l’amitié de Dieu. Je me suis dit que ça valait la peine de me lancer dans cette aventure, vieille maintenant de 800 ans !

 

L’onction qui donne la vie

Quand un enfant est malade, ses parents redoublent d’attention et d’amour pour le soutenir et lui donner la force de se relever. C’est ainsi qu’agit avec nous notre Père du ciel dans le sacrement de l’onction. Anne et Janinka nous racontent leurs expériences.

Soeurs dominicaines du Monastère d’Orbey

soeursOrbey-700koCette semaine, les moniales dominicaines d’Orbey près de Colmar prennent la plume (ou le clavier) pour nous partager les fruits de leur contemplation. La sœur Jean-Thérèse, prieure de la communauté répond à nos questions.

 

 

Sœur Jean-Thérèse, dans votre méditation, vous dites que vous êtes entrée au monastère pour aimer. Comment votre vie de moniale répond à cette attente ?

J’ai vite compris que le commandement de Jésus de nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés dépasse complètement mon amour humain et qu’il s’agit de demander au Seigneur, au jour le jour, son amour, qu’Il vienne aimer en moi.

Vous accueillez de nombreux hôtes au cours de l’année, que viennent-ils chercher ?
orbeydominicainefiche1-900x675
Je pense qu’au fond d’eux mêmes il y a une quête de Dieu qu’ils ignorent souvent (parce que le Seigneur les cherche aussi de son côté) ; ils disent qu’ils viennent pour se ressourcer « spirituellement » ou pour voir plus clair dans leur vie sur certaines questions.

Pouvez-vous nous partager un moment dans votre vie où vous avez fait l’expérience d’être relevée ?
domorbey20redim
A chaque fois que je me confesse et reçoit le pardon du Seigneur.

 

 

 

 

 

Guérisseur d’humanité

Il y a des hommes et des femmes qui aiment comme Jésus aime, qui pardonnent comme Jésus a pardonné. P. Guy Lescanne est de ceux là. Avec Zacharie, il a pris la route du pardon. Son histoire nous fait entrevoir la force immense du sacrement de la réconciliation.

Rencontres de carême – Lyon le 10 mars 2018 –

rencontre2Nous étions près de 60, ce samedi 10 mars, à être accueillis au couvent des dominicains de Lyon par les Fraternités Laïques.

Réunis là par le besoin de vivre le carême autrement, pleinement, concrètement. Réunis pour partir ensemble sur les chemins ouverts par la méditation, les questions du fr Yves Habert.

Premiers pas un peu timides, hésitants, et puis les mots qui viennent, expériences de vie, la souffrance et la beauté qui se révèle, moments donnés. Et le chemin bientôt de résonner de ces vies, de la force du relèvement, de sa joie.

rencontreHalte dans le cloître, prière et chant, et la chaleur des mots du fr Bernard-Dominique, en guise d’envoi : le “oui” de la confiance, la patience de Dieu. On ne peut annoncer le Christ seul, disait-il. Nous l’avions vécu, cet après-midi-là.

Et l’on repart nourris de l’avoir partagé – ce chemin, la confiance, le Christ. C’est tout un.

Audrey