La mort de Jésus et sa Résurrection a été très vite reliée dans le NOuveau Testament au verset 10 du psaume 15 :  “Tu ne peux laisser ton ami voir la corruption”. Explication et développement !

Le psaume 15 est un psaume de confiance dans lequel un croyant proclame son attachement à Dieu et exprime notamment, aux versets 9 et 10, l’espoir d’échapper à une mort prématurée : “mon coeur exulte et mes entrailles jubillent ; oui, ma chair reposera en sûreté, car tu n’abandonneras pas mon âme à la mort, tu ne laisseras pas ton fidèle voir la fosse”.

La traduction grecque, dite des septante, avait compris ainsi : “Tu ne laisseras pas ton saint voir la décomposition”. Interprété de cette manière, le verset convenait parfaitement au Christ et c’est sous cette forme qu’on le rencontre à deux reprises dans les Actes des Apôtres.

Il figure d’abord en Acte 2, dans le discours de Pierre à la Pentecôte. Ce discours est tout centré sur la résurrection de Jésus et cherche à montrer  le lien entre le Christ ressuscité et le don de l’esprit . Au chapitre 2, versets 24- 27, Pierre affirme : ”Dieu a ressuscité Jésus en le délivrant des douleurs de la morts, car il n’était pas possible que la mort le retienne. En effet, c’est de lui que parle le psaume de David : J Oui, mon coeur est dans l’allégresse,ma langue chante de joie ;ma chair elle-même reposera dans l’espérance : tu ne peux pas m’abandonner à la mort, ni laisser ton fidèle connaître la corruption. »

Le psaume 15 est encore cité en Acte  13, 35. Cette citation figure dans l’homélie que prononce Paul à la synagogue d’Antioche de Pisidie, “après la lecture de la Loi et des Prophètes”. Le verset 10 est de nouveau invoqué en faveur de la résurrection de Jésus. Et l’argumentation est sensiblement la même qu’au chapitre 2. Bien que les éléments ne soient pas exploités exactement de la même manière. Après avoir cité le verset, Paul rappelle que celui-ci ne s’applique pas à David : Celui qui n’a pas connu la décomposition ne peut être que “celui que Dieu a ressuscité”.

Partageons notre espérance : Dieu ne laisse pas la chair de l’homme se décomposer. Notre foi en la Résurrection du Christ induit notre propre résurrection !