Anne.LECU

Pour notre troisième semaine de retraite en Avent, nous retrouvons avec joie la sœur Anne Lécu. Dominicaine, théologienne, médecin, confrontée par son travail en prison à la violence de ce monde, elle a le don de montrer comment Dieu vient dans les ténèbres de nos existences pour y faire resplendir la lumière de l’espérance. « la lumière est venue dans ce monde et les ténèbres ne l’ont pas saisi » proclame avec audace le prologue de l’Evangile selon Saint Jean.

Soeur Anne, qui êtes-vous ?
Je suis une soeur Dominicaine de la Présentation de Tours. Je vis en communauté à Paris, avec 8 autres soeurs. Je partage mon temps entre le travail de médecin en prison, la participation à un séminaire d’éthique biomédicale au Collège des Bernardins de Paris et diverses conférences et écritures de textes.


Que représente pour vous le temps de l’Avent ?
L’Avent, c’est toujours une nouveauté, une nouvelle année qui commence. Durant ces semaines, je suis remplie par la joie d’attendre, de guetter cette nouveauté inouïe : Dieu vient dans la nuit, le silence et la discrétion comme un petit enfant qui a besoin de nous. Quatre semaines ne sont pas de trop pour réapprendre à le recevoir.


Quelle est la place de la Parole de Dieu dans votre vie ?
La Parole de Dieu, c’est le Christ. La Bible, c’est mon paysage. Je m’y promène pour de longs vagabondages ou pour des plongées rapides. Ces balades sont toujours une source d’émerveillement, de découvertes. La Bible raconte nos vies. J’aime la faire découvrir, la raconter, la faire aimer. Elle nous donne des mots pour dire notre recherche de Dieu.