Après le frère Matthieu, le frère Adrien du couvent du Caire nous invite pendant cette première semaine à méditer sur l’homme créé à l’image de Dieu.
candiard

Dans tes méditations, tu nous proposes un parcours sur ce que signifie être image de Dieu. Est-ce parce que cette qualité de l’homme est propre à la Bible ?

Cette affirmation biblique se retrouve ailleurs, par exemple dans la tradition musulmane. Puisqu’il y est question de l’humanité tout entière, c’est assez rassurant ! Mais toute la question est surtout de savoir ce qu’on met derrière la formule.

Tu vis au couvent du Caire où tu étudie les écrits d’un théologien musulman, pourquoi ce travail ?

Parce que c’est la mission que l’ordre dominicain et l’Eglise m’ont confiée ! J’appartiens à un centre de recherche, l’Institut dominicain d’études orientales (Idéo), présent au Caire depuis près de 70 ans. Nous faisons le pari que la connaissance mutuelle et l’usage de la raison sont les meilleures voies pour apaiser les tensions. Voilà pourquoi nous, religieux chrétiens, travaillons sur la tradition musulmane avec des musulmans.

Peux-tu nous partager un moment dans ta vie où tu as fait l’expérience d’être relevé ?

En voilà, une question intime ! Je pense spontanément à un moment : j’étais novice, tout jeune dominicain, et j’avais envie de partir, de rentrer chez moi. Je me sentais pourtant appelé par Dieu à cette vie, et je savais que j’y serais heureux et à ma place ; mais rester me paraissait au-dessus de mes forces. J’avais fait ma valise, le coeur serré, convaincu que j’allais gâcher ma vie, et m’efforçais de tenir quelques jours, quelques heures encore. Au bout d’une semaine, d’un seul coup, ce découragement a disparu, remplacé par une joie qui ne venait pas de moi – et qui, onze ans plus tard, m’habite encore.