En raccourci, le roi David est considéré comme l’auteur des 150 psaumes. A y regarder de plus près, les choses se compliquent ! Une internaute dans la blog, il y a quelques semaine, faisait remarquer que dans la Bible de Jérusalem les titres des psaumes rapportaient différents auteurs…

  Dans le texte hébreu, on compte en effet 73 psaumes attribués au roi David, puis apparaissent deux familles sacerdotales, chantres au Temple de Jérusalem, « les fils d’Asaph » comptabilisés 12 fois et les « fils de Coré », 11 fois. Plus parcimonieusement, nous pouvons rencontrer Hémân, Etan ou plus connus, Moïse et Salomon. Enfin, 35 psaumes sont sans attribution. Mais, pour couronner le tout, ces titres quand ils existent sont eux-mêmes problématiques car nous ne savons pas s’ils voulaient à l’origine désigner les auteurs de ces poèmes ou s’ils leur étaient dédicacés. On pourrait donc en perdre son latin ou son hébreu !

Toutefois, en considérant ce que le livre de Samuel rapporte du talent de musicien de David (1 S 16, 16-18), on peut penser que certaines pièces du psautier proviennent bien de David (comme le psaume 17, que l’on retrouve en 2 samuel 22 ou le psaume 50 en lien avec  2 Samuel, 12, 1-10). On estime en effet que le recueil n’a pu se former qu’à partir d’un noyau authentique de poèmes. La composition de l’ensemble pourrait alors s’étaler du X° siècle au III° siècle avant Jésus-Christ avec différents auteurs provenant du milieu liturgique de Jérusalem. Le psautier a été mis plus tard sous le patronage de David, le considérant comme l’ordonnateur du service liturgique. Dans le livre des Chroniques, on peut y lire, en référence aux psaumes, « David dit aux chefs des Lévites de disposer leurs frères les chantres avec des instruments de musique, des luths, des harpes et des cymbales, qu’ils devaient faire retentir de sons éclatants en signe de réjouissance ». On s’accorde ainsi à dire que les psaumes devaient occuper une place importante dans la liturgie du Temple à Jérusalem.

Et vous, quelle parole poétique portez-vous?

Illustration: David joue de la harpe (P Comestor Bible historiale) – Jean Bondol – 1372 – Notice n° A2910
Pour aller plus loin : Introduction aux psaumes de la Bible de Jérusalem (édition de travail, Cerf, 1998) ; Le psautier de David de J.-L. Vesco, Cerf, 2006.