Vidéo de lancement de Marche dans la Bible

Signe dans la Bible

Des signes par milliers

En deux ans,

180 textes bibliques ont été mis en ligne et médités,

20 000 commentaires écrits par les internautes,

46 000 inscrits,

près de 1, 5 millions de visites sur le site,

8 millions de mails envoyés.

et signe dans la bible en version livre : Tome 1 et 2, pour chacune des saisons !

SDLB2Cerf et  9782204105521-55d72f9834d10

Merci pour cette grande traversée biblique qui en appellera d’autres !

 

Signe dans la Bible, version papier !

Retraite dans la ville est heureuse de vous partager la première saison de Signe dans la Bible en version papier. Un très beau livre de 224 pages, publié par les Éditions du Cerf, qui vous permettra de retrouver les textes bibliques et les méditations de Soeur Anne Lécu et des frères Adrien Candiard et  Hervé Ponsot.

9782204105521-55d72f9834d10Un excellent cadeau à l’approche des fêtes de Noël !

Pour le commander, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

 

Pour découvrir le projet, regardez la vidéo avec soaur Anne et frère Thierry (moi-même ^^):

Premier « Week-end au couvent » avec Soeur Anne Lécu

…. « j’avais besoin de voir si cela était réel ! »

IMG_1076En ces jours d’octobre où le ciel grisailleux entrecoupé de belles éclaircies est comme une métaphore de la vie, le couvent de Lille a vécu dans une joie intense et recueillie la nouvelle proposition de Week-end au Couvent, en partenariat avec Retraite dans la Ville.

Ils, – les premiers retraitants de ce nouveau projet -,   étaient 35 internautes venant de Metz, Vitré, Bordeaux, Paris, saint Germain-en-Laye, Lille (aussi), Lyon, Clermont-Ferrand .. bref, d’un peu partout de toute la France.

Évidement, « ils » venaient écouter et rencontrer soeur Anne, découverte virtuellement à l’occasion des méditations de Psaume dans la Ville ou Signe dans la Bible. Et évidemment encore, « ils » ne furent pas déçus, surpris le plus souvent que la liberté et l’intelligence de soeur Anne bien souvent soupçonnés étaient réellement plus forte encore en elle.

Mais  les découvertes durant ce week-end ne s’arrêtaient pas là. C’était aussi découvrir les frères, prier et chanter avec eux, manger et boire en silence ou non, mettre la table et faire ensemble la vaisselle, rencontrer individuellement l’un des frères pour dé-poser sa vie, visiter les bureaux de Retraite dans la Ville. Bref, constater que « cela était réel » !

On l’aura compris. Tous, frères et retraitants, furent très émus de cette première édition.

Certaines retraites ont encore des places : cliquez ICI !

Frère Franck Dubois

fd3Entré dans l’ordre en 2001, après des études en sciences politiques, le frère Franck est aujourd’hui responsable des frères étudiants au couvent de Lille.

Il est aussi directeur du Pèlerinage du Rosaire et enseigne la théologie à l’Institut Catholique de Lille.

 

Pour retrouver toutes les méditations du frère Franck Dubois, cliquez ICI.

Soeur Anne-Claire Dangeard

sr-annec-d4Entrée chez les dominicaines de la Congrégation Romaine de Saint Dominique en 2006, à 38 ans, Sœur Anne-Claire est actuellement au couvent de Poitiers et responsable des Médias à la Conférence des religieux et religieuses de France.

Elle accompagne des groupes de jeunes en pastorale, notamment à travers l’animation d’ateliers d’écriture d’icônes.

 

Pour retrouver toutes les méditations de Soeur Anne-Claire Dangeard, cliquez ICI.

le frère Jean-Pierre Brice Olivier

jpbo5Le frère Jean-Pierre Brice Olivier, entré chez les Dominicains en 1978, vit au couvent de l’Annonciation à Paris. Proche des milieux artistique et culturel, il prêche auprès des Équipes du Rosaire, de la Fraternité Lataste et aussi en prison.

Il vient d’écrire « Oser la Chair« , publié aux Éditions du Cerf.

Si vous désirez retrouver le frère Jean-Pierre Brice Olivier pour un week-end au couvent de Lille, cliquez ici.

 

Pour retrouver toutes les méditations du frère Jean-Pierre Brice Olivier, cliquez ICI.

1ere saison : check !

check-mark-clip-artPour cette première saison, près de 150 textes bibliques mis en ligne, 75 méditations médités, 9 000 commentaires écrits, 40 000 inscrits, 700 000 visites sur le site !

Merci à tous pour votre soutien, et votre fidélité !

De Gaston, du Québec: Oui, merci du fond du coeur pour ce très nourrissant rendez-vous avec….la vie, petit et grand «V».

De Dominique : Merci pour ces magnifiques prières qui nous emmènent aussi vers le Ciel! 

De Véronique : Au milieu de mon désert, je suis touchée au cœur par votre commentaire. MERCI!

 

 Et vous, que diriez-vous ?

 

« J’aime la Bible » par Claudel [1]

Nous commençons ici une nouvelle catégorie d’articles, tirés de « J’aime la Bible » de Paul Claudel, un  petit livre paru en 1955.

claudeletatsunis« La Bible est associée chez moi au premier éveil du cœur et de l’imagination. Dès ma plus petite enfance quand j’apprenais à lire sur les bancs des chères sœurs de la Doctrine chrétienne à Bar-le-Duc, avec quel intérêt je regardais ces grands cartons qu’elles nous mettaient entre les mains et où était représentée la vie du Seigneur. Et plus tard au lycée l’Histoire Sainte fut les délices de ma classe de douzième. La sacrifice d’Abraham, le déluge, les fiançailles de Rebecca, Jacob, Moïse, Tobie, le châtiment d’Héliodore, la Samaritaine, autant d’images magnifiques, dont je ne puis dire qu’une chose, c’est qu’elles comblaient ma sensibilité. Quelle déchéance plus tard quand il me fallut en venir aux Grecs, aux Romains et à leurs successeurs !

Et plus tard, au soir de cette inoubliable journée de Noël 1886, comment ne pas voir une intervention de la Providence dans cette bible, don d’une amie protestante à ma sœur Camille, qui se trouvait là sur ma table ? Je l’ouvris, ce qe je n’avais jamais fait auparavant, et ce fut à deux endroits. Le premier était ce récit d’Emmaüs dans saint Luc, quand le Seigneur, au rebours de la nuit qui monte, ouvre à ses deux compagnons palpitants les secrets de l’Ancien document. Et le second, ce fut ce sublime chapitre VIII du livre des Proverbes qui sert d’épître à la messe de l’Immaculée Conception. Ah ! Je ne fus pas long à reconnaitre dans cette radieuse figure qu’elle évoque les traits de la Mère de Dieu, en même temps qu’inséparables, ceux de l’Église et de la Sagesse créée. Pas une figure de femme dans mes drames postérieurs qui n’ait gardé la trace de mon éblouissement. »

Et si nous partagions nos premiers souvenirs de lecture de la Bible ?