Carême

Vidéo Carême dans la Ville

Pray for Peace

Ton souffle est bienfaisant

Viens Seigneur ! Notre monde t’attend. Nous attendons ta venue, nous espérons. Nous sommes devant Toi comme une terre assoiffée.

Nous recherchons ta face. Viens, nous sommes à bout de souffle.

Ton souffle est bienfaisant.

-> écoutons et méditons le psaume 142.

 

Construire la paix de Dieu

une-poignee-main-force

Peut-on concevoir une paix qui ne soit pas en même temps l’expression d’une justice ?

Le psalmiste ne le pense pas : « En ses jours justice fleurira et grande paix jusqu’à la fin des lunes » (72,7) ou « Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent » (85,11). Il n’est pas le seul : tout hébraïsant sait que le nom bien connu Shalom signifie Paix ou Salut, porte en soi une idée d’accomplissement et de perfection, mais aussi celle de payer, d’être à jour dans ses comptes.  Oui, depuis l’aube des temps bibliques, et des temps tout court, on sait qu’il n’y aura jamais de paix sans justice.

Mais dira-t-on, que gagne-t-on à ce constat ? La paix est déjà une affaire compliquée, mais la justice l’est peut-être plus encore. L’avantage est que tout un chacun, s’il ne sait pas trop comment faire avancer cette paix qui le dépasse, a toujours une ou plusieurs occasions de faire progresser la justice, qui reste à sa portée. Prier, renoncer, s’humilier, donner, secourir, tout ce qui contribue en fait à offrir une plus large place à l’autre et au Tout-Autre, voilà quelques clés de la justice, et donc de la paix. Pas toujours à court terme, mais sans doute à moyen ou long terme.

Qui ne voudrait aujourd’hui une paix qui s’appliquât au monde entier ? Non pas une paix très superficielle et individualiste, qui voudrait simplement écarter le dérangement et ne durera au mieux qu’un temps : ce dont notre monde a besoin, c’est d’une autre paix, une paix durable, une paix éternelle, la paix de Dieu qui va de pair avec la justice.

En travaillant pour plus de justice dans nos familles, dans nos relations, dans nos voisinages, dans nos métiers, c’est cette paix de Dieu que nous construirons.

Frère Hervé Ponsot