Carême

Vidéo Carême dans la Ville

La Chapelle des Flandres

Gloria de la messe de l’Homme armé Sexti toni de Josquin Desprez

Un ange va annoncer la naissance de l’enfant Jésus aux bergers. Bientôt la gloire du Seigneur va les envelopper de sa lumière.

 

anges de memling
« Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
 « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2, 9-14)

-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions

Agnus de la messe à double chœur de Frank Martin

-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions


 

pape françois2Qu’est-ce que signifie pour l’Église, pour nous, aujourd’hui, être disciples de Jésus Agneau de Dieu ? Cela signifie mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. C’est un gros travail ! Nous chrétiens, devons faire ceci : mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. Être disciples de l’Agneau signifie non pas vivre comme une « citadelle assiégée », mais comme une ville sur un mont, ouverte, accueillante, solidaire. Cela veut dire non pas prendre des attitudes de fermeture, mais proposer l’Évangile à tous, en témoignant par notre vie que suivre Jésus nous rend plus libres et plus joyeux. Paroles du Pape François avant l’Angélus. 19 janvier 2014

Agnus de la messe de Madrid, de Domenico Scarlatti

 


-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions


Interview de Maurice Bourbon, directeur artistique de la Chapelle des Flandres 

maurice bourbonNous découvrons la Chapelle des Flandres, une aventure artistique que vous dirigez depuis de nombreuses années maintenant. Pouvez-vous dire quelques mots sur ce qui vous motive encore aujourd’hui dans cette belle entreprise ?

Mes sources de motivation restent d’abord le plaisir intellectuel d’analyse des œuvres interprétées, surtout les plus complexes (Josquin, Bach…), puis la restitution de leurs structures. Par ailleurs, je poursuis toujours et atteins parfois la belle utopie de la justesse harmonique qui magnifie les voix. La subtile utilisation de belles acoustiques, comme celle du couvent des dominicains, est un autre aspect primordial de mon métier. Enfin, la musique est un monde tellement vaste, qu’après toutes ces années, je découvre encore des diamants, comme l’œuvre immense de Luca Marenzio, au programme de Coeli et Terra cette saison, ou les somptueux et difficiles motets de Max Reger, que j’interpréterai si j’en ai encore le temps…

Les retraitants d’Avent dans la Ville découvrent cette année un répertoire d’œuvres musicales sacrées qui ont été choisies parce qu’elles célèbrent le Christ Agneau de Dieu. La dernière œuvre que nous entendrons quelques jours avant Noël chante la gloire de Dieu. De quelle manière le chef de chœur est-il touché lui-même par la dimension sacrée et religieuse des œuvres qu’il interprète ?

Interpréter ou composer une messe est un acte musical profond et un immense plaisir, à cause du texte poli par les siècles et l’usage, chargé de vénération et d’histoire, si intense et contrasté, avec, tour à tour, ses douceurs, ses douleurs, son exaltation et ses violences. Il est, comme tous ses prédécesseurs compositeurs, spécialement captivé par la dimension intérieure et mystique de l’Agnus Dei, qui, à sa fin, nous conduit, avec le Dona nobis pacem, au repos éternel.

Que souhaitez-vous aux internautes qui vous écouteront ?

De se laisser aller au plaisir… Même si les extraits qu’ils entendront comporteront, comme toute l’œuvre de Josquin, une magnifique complexité, parfois mathématique (c’était visiblement le plaisir et quasiment la deuxième nature de ce compositeur), que les internautes entendent d’abord le lyrisme, les élans, les climats, la tendresse, la passion…

Dans l’extrait de la messe de Madrid, d’une relative rareté, car Domenico Scarlatti est beaucoup plus connu pour ses compositions instrumentales (à part le célèbre Stabat Mater), l’auteur nous captive par son art mélodique et par la suspension magique de sa musique

Un concert au couvent des dominicains de Lille

music-934660_1920À travers la rubrique Ecce Agnus Dei, vous appréciez la beauté du chant du chœur de la Chapelle des Flandres. Nous avons la joie de vous inviter à un concert exceptionnel.

Sous la direction de François Grenier, Coeli et Terra, chœur de la Chapelle des Flandres, propose quelques-unes des plus belles pages du répertoire sacré français a cappella.

Concert de Noël

Ecce vox de coelis

Dimanche 13 décembre à 17h 00

dans l’église des Dominicains

7 avenue Salomon, 59 000 Lille

Au programme : La sublime et monumentale Messe en sol de Poulenc (1937), les Salve regina de Poulenc et  Désenclos ainsi que des scènes sacrées pour le temps de Noël de Bouzignac, compositeur français du XVIIe siècle.

 

Tram : Arrêt Saint-Maur

Participation libre aux frais

concert

La messe de Beata Virgine, Josquin Desprez

Le chœur de la Chapelle des Flandres propose chaque semaine une pause musicale reprenant des œuvres de grands compositeurs classiques. Ecce Agnus Dei est le thème de cette rubrique. Toutes ces œuvres font écho à la parole de Jean-Baptiste qui, désignant le Christ au début de son ministère public, confesse l’Agneau de Dieu.

-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions

 

Van Eyck, Vierge, 1426, retable de l'agneau mystique, Cath st Bayon Gand, fr.wikipedia.orgRetable de l’Agneau Mystique de Gand

Les frères Van Eyck ont peint ce retable unique en 1432. Il s’agit d’un chef-d’oeuvre des Primitifs flamands et d’une étape de l’histoire de l’art. Le polyptyque a survécu à l’iconoclasme, est tombé entre des mains françaises sous Napoléon et a été exigé par l’Allemagne nazie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il est aujourd’hui, et depuis déjà plus de cinquante ans, exposé à la place qui est la sienne: dans la Cathédrale Saint-Bavon de Gand en Belgique.

 


 

agneau mystique de gandPourquoi Ecce Agnus Dei ?
« Voyant Jésus venir vers lui, Jean déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.” Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. » (Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean chapitre 1, versets 29 à 34).

Jean le Baptiste est le dernier prophète de l’Ancien Testament. Il est aussi celui qui ouvre le Nouveau Testament car il témoigne au sujet de Jésus : « C’est lui le fils de Dieu », « Ecce Agnus Dei »

Mais, que signifie « Agneau de Dieu » ? Les interprétations ne manquent pas ! Celle que nous pourrions retenir est celle de l’agneau du sacrifice, pratique courante en Israël. Jésus serait donc l’agneau que Dieu nous enverrait pour qu’il soit sacrifié ? Voilà qui contrasterait durement avec le Dieu d’amour.

En fait, Jean le Baptiste est ébloui. En voyant descendre l’Esprit sur Jésus, il a la confirmation qu’il attendait : Jésus est le fils de Dieu, son envoyé. Plus besoin de sacrifier des agneaux comme cela se pratiquait couramment pour garder un lien avec Dieu : son envoyé est là ! C’est lui qui établira directement ce contact pour nous tous. En cela, il devient l’Agneau de Dieu, notre trait d’union avec Dieu. Et le « péché du monde » que mentionne Jean, c’est la puissance d’hostilité à Dieu que le Christ vient briser. Ce passage des Évangiles est extrêmement important, car il est exactement le point de départ du ministère du Christ. Lui, le Verbe fait chair est venu vivre parmi nous.