Vidéo de lancement de Marche dans la Bible

ADLV

Joyeux Noël

Toute l’équipe de Retraite dans la Ville vous souhaite un très joyeux NOEL !

Un sauveur nous est né ! Celui que les prophètes avaient annoncé, Celui dont Zacharie avait prophétisait la venue, Cet Astre d’en haut qui devait nous visiter.

Que l’Enfant de la crèche réveille en nous une espérance nouvelle !

Toute l'équipe au travail

Toute l’équipe au travail

Arnaud, Web developer

Arnaud, Web

Sylvette et frère Thierry, responsable de Retraite dans la Ville

Sylvette et frère Thierry, responsable de Retraite dans la Ville

Chantal, comptable

Chantal, comptable de Retraite dans la Ville

Marie-Caroline, secrétaire de Retraite dans la Ville

Marie-Caroline, secrétaire de Retraite dans la Ville

Anne-Laure, responsable de Théobule

Anne-Laure, responsable de Théobule

Frère Benoît et Catherine

Frère Benoît, responsable de Carême dans la Ville et Catherine

Frère Sarmad

Frère Sarmad

Marc, stagiaire

Marc, stagiaire

Victor, stagiaire

Victor, stagiaire

Notre vie est précieuse

Dieu rejoint la vie des hommes. Déjà le prophète Isaïe nous avait enseigné que le Seigneur était pour nous. « Je suis le Seigneur ton Dieu (…) tu as du prix à mes yeux, tu as de la valeur et je t’aime« . (Isaïe 43 3-4). Aujourd’hui, pour nous montrer que nous sommes précieux à ses yeux, Il vient lui-même. 

« Tout prend sens. Si on a tellement d’importance que même Dieu ait envie de venir à notre rencontre et même de venir s’incarner pour nous sauver, cela veut dire à quel point on est précieux. A quel point notre vie à un prix ! » (Frédérique Bedos)

Nos Voeux de Noël

->Découvrez notre vidéo Vœux de Noël

 

En cette fin de retraite de l’Avent,

nous vous offrons aujourd’hui cette vidéo Vœux de Noël.

Elle est à regarder, à méditer et à partager autour de vous !

« Quand nous visite l’Astre d’en haut » (Luc 1,78) : 

que l’Enfant de la crèche réveille en nous une espérance nouvelle !

Gloria de la messe de l’Homme armé Sexti toni de Josquin Desprez

Un ange va annoncer la naissance de l’enfant Jésus aux bergers. Bientôt la gloire du Seigneur va les envelopper de sa lumière.

 

anges de memling
« Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
 « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2, 9-14)

-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions

Des contacts d’une richesse ïnouie

migrants jolieTémoignage de Bénédicte

Cette photo  illustre bien les moments passés à la maison avec les deux familles, l’une syrienne, l’autre Kurde, que je reçois ponctuellement. Elles sont actuellement en centre, en attendant leurs cartes de réfugiés.

Même si les échanges sont parfois fastidieux, à cause de la langue, les premières rencontres ont été l’occasion de lâcher une sorte de soupape, en pouvant expliquer  ce qu’ils ont dû traverser (au propre comme au figuré) pour arriver ici et avant de quitter leur pays.

Une des jeunes femmes me dit que ce passage en centre était vécu comme une période tampon en attente d’une nouvelle vie qu’elle imagine avec enthousiasme.

Quand j’ai eu l’occasion de dire à deux jeunes hommes syriens que ce que je fais, c’est ce que j’aimerais qu’on me propose si j’étais dans leur situation, j’ai vu des larmes dans leurs yeux. Et inutile de préciser que si un jour ils ont un « chez eux » ici ou dans leur pays pacifié, ils m’y accueilleront avec plaisir. Je sens une immense délicatesse et l’envie de rendre service, dans la mesure de leurs possibilités, en échange

En ce qui me concerne, ces contacts sont d’une richesse inouïe parce que je découvre leur pays, leur conditions de vie là-bas et ici. En attendant, je me trouve maintenant attaché à des personnes qui ont l’âge de mes enfants et qui ont vraiment traversé des drames dont ils ne veulent plus entendre parler.

migrants homme cuisiniermigrants enfant

Dieu se fait petit enfant par Frédérique Bedos

Pour partager la vie des hommes, Dieu a choisi de se faire petit enfant. Il a pris notre faiblesse. Il a fait sa demeure dans notre pauvre humanité pour l’attirer à la lumière. Martin Maindiaux est un Héros Imagine. Il a choisi de se mettre au service de l’association « Enfants du Mékong ».

Interview du frère Denis-Marie Ghesquières

Frère Denis-Marie Ghesquières est carme depuis 1993. Il vit en communauté à Avon près de Fontainebleau où il est responsable du Centre spirituel. Il exerce un ministère de retraites et d’accompagnement. Il s’intéresse surtout à la spiritualité des saints et saintes du Carmel, surtout sainte Thérèse de Lisieux et saint Jean de la Croix.

Frère Denis-Marie Ghesquières est le prédicateur de notre dernière semaine de retraite.

 

 

Denis-Marie GhesquièresPourrais-tu présenter le charisme du Carmel aux néophytes que nous sommes ?

Une synthèse est difficile à faire en peu de mots ! Je dirai simplement ceci : le Carmel et sa spiritualité apparaissent surtout comme une manière d’être d’Église et de construire l’Église. Rien de plus discret qu’une existence vouée à intérioriser la parole de Dieu ; rien de plus obscur ni de plus inefficace, apparemment, que ces quarts d’heure, ces demi-heures ou ces heures d’oraison, par lesquels nous voulons et recherchons, pauvrement, mais de toutes nos forces, une seule chose, la seule nécessaire : que Dieu soit en tous, et d’abord en nous-mêmes. La refonte du cœur qui se poursuit intensément dans le dialogue de la prière nous rapproche sans cesse davantage de la simplicité de Dieu ; elle nous libère peu à peu et nous unifie. Or, un cœur qui s’unifie unifie le monde dans la mesure où Dieu trouve en nous une ouverture spontanée et inconditionnelle à tout ce qu’Il choisit, à tout ce qu’Il préfère.

Ton nom de religieux est Marie de la Nativité. Pourrais-tu nous expliquer la raison d’un tel choix ?

Mon choix a été de recevoir ce mystère reçu en me levant un matin pendant mon noviciat. Je voulais m’appeler Denis-Marie de la Trinité et voilà que cette parole d’Isaïe ne cessait de chanter en moi : « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné » ! Ayant eu quelques difficultés à entrer dans ce monde, j’étais trop pressé et je suis né avec plus de 2 mois d’avance, ce mystère est pour moi un grand cadeau. Je suis invité à recevoir ma vie comme un cadeau chaque jour. La vie est un don ! Dans ce mystère de la Nativité, il m’est aussi donné d’accompagner bien des naissances à cette grâce de devenir vraiment enfants du Père.

Tu es le directeur du Centre spirituel de Avon et donc tu consacres le plus clair de ton temps à l’accueil de retraitants. Cela a-t-il nourri tes méditations ?

En effet, ces méditations sont le fruit d’une digestion personnelle de ce que je reçois dans ma vie. Prêcher, c’est surtout être attentif à l’écoute des auditeurs ! Accompagner, c’est surtout écouter ! Dans un Centre spirituel, la grâce consiste à rencontrer beaucoup de personnes dont les chemins sont tous particuliers. Nous nous aidons le mieux à devenir nous-mêmes en consentant à partager ce qui nous touche, car cette expérience est signe d’une ouverture en nous pour accueillir les autres.

Pour clore l’Année de la Vie Consacrée, les prédicateurs d’Avent dans la Ville 2015 sont issus de congrégations religieuses différentes. Quelles réflexions suscite en toi une telle démarche ? Est-ce une première, et si oui, qu’en penses-tu ?

J’ai beaucoup apprécié cette initiative. Vivre en Église, c’est rencontrer, c’est partager. J’ai toujours été frappé de constater combien, dans l’Église, Dieu s’obstine (!) à ouvrir des chemins différents et complémentaires à la fois. C’est bien sûr le cas dans la vie religieuse. J’ai été marqué par ma formation au noviciat : chaque mois, nous nous réunissions, 100 novices et maîtres et maîtresses des novices français et étrangers de nombreuses congrégations apostoliques. Religieux et religieuses, nous sommes invités à vraiment vivre du charisme de nos ordres et congrégations. Cela n’enferme pas tout au contraire ! Cela nous permet de goûter quelque chose de la grâce vécue par les autres ! Concernant la retraite d’Avent dans la Ville, cette démarche permettra aux retraitants de bénéficier d’une pluralité d’approches. Mais le plus important est que tout cela est issu d’une aventure fraternelle où beaucoup ont donné de ce qu’ils portent.

Agnus de la messe à double chœur de Frank Martin

-> La Chapelle des Flandres

-> Homme armé éditions


 

pape françois2Qu’est-ce que signifie pour l’Église, pour nous, aujourd’hui, être disciples de Jésus Agneau de Dieu ? Cela signifie mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. C’est un gros travail ! Nous chrétiens, devons faire ceci : mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. Être disciples de l’Agneau signifie non pas vivre comme une « citadelle assiégée », mais comme une ville sur un mont, ouverte, accueillante, solidaire. Cela veut dire non pas prendre des attitudes de fermeture, mais proposer l’Évangile à tous, en témoignant par notre vie que suivre Jésus nous rend plus libres et plus joyeux. Paroles du Pape François avant l’Angélus. 19 janvier 2014