Nous entrons dans la 4ème et dernière semaine de l’Avent. Bientôt nous célébrons Noël ! Pour cette dernière étape, le frère Jean-Étienne Long va nous faire entrer dans ce mystère de la venue de Dieu parmi nous. C’est avec lui que nous fêterons l’enfant de la crèche de Bethléem.

dsc_0061Frère Jean-Étienne, pourrais-tu retracer pour les internautes de Retraite dans la Ville les principales étapes de ton parcours ?

Après des études de philo, j’ai enseigné durant six ans dans une petite école libre encore assez familiale, et pas du tout boîte à bac. À 28 ans, je suis rentré chez les dominicains, et assez rapidement mes activités apostoliques ont été orientées vers les jeunes étudiants en aumônerie, à Lille d’abord, puis à Lyon, 10 ans notamment à l’ENS ; quelques années les scouts et les routiers, et depuis 2002 auprès d’autres jeunes en difficulté (anciens drogués ou blessés de la vie de la communauté du Cenacolo ou personnes handicapées à l’Arche et maintenant à Foi et Lumière). J’ai aussi participé longtemps à l’animation de conférences de philo à l’Agora Tête d’Or, centre culturel du Saint-Nom-de-Jésus à Lyon, et à la rédaction de la revue théologique Lumière et Vie.

Tu vis à Clermont-Ferrand, quelques mots de présentation de ta communauté ?

La communauté est composée de 4 frères, ce qui lui donne un visage assez particulier : c’est plus exigeant en termes d’implication dans la vie pratique et communautaire, c’est aussi plus rapprochant : on connaît vraiment ses frères, on suit bien leurs activités apostoliques (et leurs humeurs !).

Nous approchons avec toi à grands pas de la fête de Noël, la venue de l’enfant de la crèche n’est pas virtuelle, mais bien réelle. Que penses-tu de cette prédication sur Internet ?

Je ne pense pas qu’Internet véhicule seulement du virtuel, je suis sûr qu’on peut être touché par ce moyen. Mais, pour ma part, je ne suis pas très « connecté », donc j’étais surpris d’être invité, mais je fais confiance à ceux qui sont dans le coup et je trouve normal d’étendre la prédication aux nouveaux moyens de communication.

L’aspect de cette fête qui reste pour toi le plus marquant et que tu aimerais faire partager aux internautes ?

Pour moi, Noël est la fête de la douceur, mais c’est pas vraiment Bisounours, c’est dans le sens de la trêve, de la paix : je sens flotter dans l’air de Noël une grâce de pardon et d’espérance, un désir d’humanité.